Secrets de villages

Vous pensiez tout savoir de notre histoire ? 🧐

Mais connaissez-vous vraiment les secrets et trésors insolites des Pyrénées 31 ? 🏔👑

Culture, patrimoine, architecture ou simples anecdotes… 💬

Vous allez aimer (re)découvrir les Pyrénées Haut-Garonnaises à travers notre série de « Secrets de villages »! 🤫

Episode 4/76 – Seilhan

Surprenant – Nature – IntéressantInsoliteHistoire – Drôle

Connaissez-vous le joli petit village de…

Seilhan ?

Pour la grande majorité des habitants de notre région, il est un lieu-dit très connu. Il se situe à la sortie du rond-point de la bretelle d’autoroute A64, à la croisée des chemins entre Gourdan-Polignan, Huos et Seilhan. Il s’agit du « Bazert » !

Savez vous que « Baesert » est une divinité typique du piémont pyrénéen ? Il pourrait avoir été le dieu « sanglier » selon une gravure sur un autel votif retrouvé sur la commune de Seilhan.

Bien sûr, le Bazert a toujours été un carrefour important et jusqu’à la 2ème moitié du 18ème siècle, la route qui était empruntée et qui venait d’être achevée par l’Intendant d’Etigny (tiens tiens, ça nous dit quelque chose…^^) allait de Saint-Gaudens jusqu’à Montréjeau et passait ensuite par le Bazert en direction de Bagnères de Luchon. En 1759, il fut décidé la construction d’un nouveau chemin allant de Valentine à la croix du Bazert. Ce chantier paraissait bien inutile même aux yeux de l’intendant d’Etigny.

Mais l’évêque du Comminges qui résidait au château d’Alan (près de Martres Tolosane) exigeait une route facile qui le conduirait à Saint-Bertrand de Comminges. Il fallut attendre la mort d’Etigny en 1767 pour que commence le chantier de cette nouvelle route.

Mais cette construction provoqua un conflit avec la population…

Pour connaitre la suite de cette histoire, il vous faudra attendre notre prochain épisode de secrets de villages à Ardiège 😊

Source : Extrait du site des éditions du Trente Mai, spécialisés dans les balades mythologiques

Communautés rurales et pouvoirs en Gascogne au XVIIIe siècle de Maurice Bordes

Site internet de la commune de Seilhan

Episode 3/76 – Marignac

Surprenant – Nature – Intéressant – InsoliteHistoire – Drôle

Connaissez-vous le joli petit village de…

Marignac ?

« Bien des enfants sont nés à Marignac !»

Le 25 janvier 1954, la clinique d’accouchement « les Bengalis » voit le jour à Marignac. Elle fût créée par Mme Eugénie Boyer et sa sœur, toutes deux sages-femmes.

Avant d’être installée aux « Bengalis », Eugénie Boyer pratiquait les accouchements à domicile. Elle se déplaçait alors avec les moyens de transport de l’époque : le tramway entre Marignac et Fos, parfois le ramasseur de lait, parfois en auto-stop même si les véhicules étaient peu nombreux. Après le départ de Mme Boyer, c’est Mme Abraham qui prit la relève et la direction de la maternité jusqu’à sa fermeture le 27 juin 1975.

Au total, c’est 1968 bébés qui ont vu le jour aux Bengalis, au cœur du village de Marignac et leurs mamans venaient de Luchon ou encore de Montréjeau, la vallée de la Barousse et même du Val d’Aran. Ça reste entre nous, mais notre petit doigt nous a dit qu’une membre de l’équipe de Pyrénées 31 Tourisme est née aux Bengalis… Qui cela peut-il bien être ?

Source : Mairie de Marignac

Episode 2/76 – Poubeau

Surprenant – Nature – Intéressant – InsoliteHistoire – Drôle

Connaissez-vous le joli petit village de…

Poubeau ?

« Le Calhou d’Arriba Pardin »

Dans les vallées du Larboust, d’Oueil et des hautes vallées luchonnaises, il existe des pierres au pouvoir magique et fertilisant, dont une très connue à Poubeau : le Calhau d’Arriba Pardin, c’est-à-dire le caillou en haut de la prairie.

A mi-chemin entre le monde cultivé et la montagne sauvage, les rites païens et le culte religieux, ce mégalithe (bloc dressé) était le lieu de rituels très étranges.

Le soir du Mardi Gras se déroulait la fête des Gagnolis (glappissements) : les jeunes hommes du village montaient en file indienne vers le rocher en poussant des aboiements. Ils allumaient un feu de joie et faisaient une farandole un peu « Holé Holé » autour de la pierre. Les femmes en quête de maternité venaient frotter leurs ventres contre ce « calhau ».

A partir de 1850, le curé de la paroisse s’insurgea contre ces pratiques et décida d’y mettre un terme et de faire oublier ces rites sulfureux. Il fit sceller une croix sur une partie du rocher et l’autre partie disparut. Pourtant, selon certaines rumeurs, cette pierre exerce encore aujourd’hui son pouvoir magique sur les femmes en manque d’enfants 😊.

Source : le Revue du Comminges 2017-2 Mathieu Fauré La Saint-Jean en Pays de Luchon : de feu, de pierre et d’eau

Site Internet T4T35 Mégalithes du monde

Episode 1/76 – Saint-Pé-d’Ardet

Surprenant – Nature – Intéressant – Insolite – Histoire – Drôle

Connaissez-vous le joli petit village de…

Saint-Pé d’Ardet?

Son lac, son église, sa chapelle et ses 148 âmes… 👨‍👩‍👧‍👦

Et bien, aussi incroyable que cela puisse paraitre, en 1881, on récence 555 habitants dans ce village des Frontignes et de nombreux commerces 🏣🛍  : un grand magasin de tissus, une librairie ecclésiastique, 4 magasins d’épicerie, une boulangerie, 3 boucheries, 3 auberges, 1 café et 1 restaurant.

On dénombre également des fabricants de chandelles, des forgerons, des serruriers, des maçons, des charpentiers, des charrons, des cordonniers, des tisserands, tailleurs…Cela paraît aujourd’hui complètement incroyable ! 🤓 Mais au fait, savez-vous ce qu’est un charron ? C’était un artisan qui fabriquait et réparait tous les véhicules avant la motorisation : charrues, charriots, brouettes… 😉👍

Extrait de la monographie de Saint-Pé d’Ardet – Archives départementales de la Haute-Garonne