Secrets de village

Village de Castillon-de-Larboust

# culture# histoire# secrets# village

Surprenant – Nature – Intéressant – Insolite – Histoire – Drôle

Connaissez-vous le joli petit village de…

Castillon de Larboust ?

Julien Sacaze > Un génial chercheur

Qui connait Julien Sacaze ? Pour la plupart d’entre nous, c’est un illustre inconnu, pour certains un vague nom déjà entendu et pour d’autres une figure incontournable de notre territoire.

Né en 1847 à Saint-Gaudens, il faut que nous vous précisions que sa famille paternelle est originaire depuis très longtemps de Castillon de Larboust. Et même s’il obtient son bac à 16 ans et qu’il part faire des études de droit à Toulouse, il revient à Saint-Gaudens en 1872 pour s’inscrire comme avocat au barreau de la ville. Très vite, après avoir épousé une Luchonnaise, il se partage entre Saint-Gaudens pour son métier d’avocat et Luchon pour sa passion de l’archéologie et de l’histoire.

Très vite et en compagnie de son ami le préhistorien Edouard Piette, il va effectuer de nombreuses fouilles et ensemble, ils feront de nombreuses découvertes notamment dans la montagne d’Espiau ( un sujet dont nous reparlerons dans d’autres Secret de village mais pour l’instant chuuut…!) 😉

En 1880, après un voyage en Italie, il découvre l’épigraphie, une science nouvelle pour laquelle il va se consacrer pleinement en faisant plusieurs publications.

Entre temps, le 31 mai 1884, Julien Sacaze fonde à Saint-Gaudens la Société des études du Comminges. L’ensemble des membres de la société est essentiellement constitué d’hommes de loi, de propriétaires, médecins et professeurs. En 1885, cette Société publie sa première livraison de la Revue de Comminges (en 130 exemplaires). Cette société et cette revue existe encore aujourd’hui.

En 1887, il participe à l’Exposition internationale de Toulouse, en tant que membre du comité d’organisation de l’Exposition pyrénéenne. Pour cette occasion, Sacaze lance une grande Enquête de linguistique et de toponymie des Pyrénées, la fameuse enquête Julien Sacaze. Il est demandé aux instituteurs des départements pyrénéens : 1) la traduction dans l’idiome local de deux textes folkloriques, la légende de Barbazan et la légende de Tantugou ; 2) la liste des noms de lieux ; 3) la carte. Cette enquête est une œuvre monumentale, infiniment précieuse pour l’étude de la linguistique et de la toponymie du Midi pyrénéen.

En 1888, il fonde à Toulouse l’Association pyrénéenne et meurt brutalement, en novembre 1889, à 42 ans.

En 1922, son nom a été donné à une nouvelle société savante, l’Académie Julien Sacaze.. Elle a pour objet l’étude de toute question scientifique, littéraire ou artistique se rapportant aux Pyrénées centrales et plus particulièrement au Pays de Luchon ». Son siège social est toujours au Musée de Luchon

Voilà, vous avez fait connaissance avec Julien Sacaze, dont on a dit qu’« il tenait donc par des racines profondes à ce vieux sol du Comminges qu’il a tant aimé ».

Le saviez-vous ?  Qu’est ce qu’un épigraphiste : il s’agit d’un spécialiste qui étudie les inscriptions anciennes gravées sur différents supports : pierre, métal, bois, terre cuite… Son travail aide les archéologues et les historiens à mieux connaître les civilisations du passé

Julien Sacaze

Source : Revue du Comminges 1-2013, Sur les pas de Julien Lacaze (André Sangay)

Le site internet de  ETHNOPÔLE GARAE   http://www.garae.fr/

Anthony Anthony, le 15 avril 2021
Le blog